Revenir en haut Aller en bas
Les liens importants!
Survole moi!



 

Partagez|

zelda & aron ❊ retrouvailles au bord de l'eau

 :: Amsterdam, the capital :: Le Grachtengordel, Les canaux :: Balade sur l'eau
Zelda R. Figueres
avatar
✣ Date d'inscription : 13/09/2018
✣ Lettre d'amour : 45
✣ Emploi : peintre
✣ Date de naissance : 22/09/1993
✣ Age : 25
✣ Orientation sexuelle : hétérosexuelle
✣ Banque : 399

Mar 30 Oct - 19:46
Zelda n’avait pas Aron depuis des semaines, elle avait eu des problèmes avec son paternel. Et puis elle devait aller à la faculté comme elle avait des examens à préparer elle était tellement triste de ne plus voir celui que le destin lui avait choisi. Elle devait faire des dessins sur le bord de l’eau, elle avait tout de suite pensé au quartier Grachtengordel où se trouvait les canaux. Elle avait toujours Aron dans la tête, elle était vraiment triste de ne plus l’avoir revu à la soupe. Elle se demandait où il était, comment il allait. Elle avait tellement de choses dans la tête, elle avait peur qu’il n’eût plus envie de la revoir. Elle était comme dans un cauchemar. Elle portait une robe pull violette avec des collants noirs avec des boots noirs avec une parka bien chaude. Elle avait peur qu’il puisse avoir froid.

Elle arriva devant le bord de l’eau avec son carton à dessin, dedans il avait beaucoup de dessins d’Aron avec des feuilles blanches. Elle avait mis dans son sac à main des crayons aquarelles et des fussions, elle était comme déconnectée. Elle avait mis ses écouteurs pour contempler la vue, elle se posa sur un banc et commença à dessiner après avoir déballer ses affaires.
Voir le profil de l'utilisateur http://sansfrontiere.forumactif.com/t189-zelda-rose-figueres-la-
Aron Henderson
avatar
✣ Date d'inscription : 13/09/2018
✣ Lettre d'amour : 35
✣ Emploi : aucun
✣ Date de naissance : 25/12/1982
✣ Age : 35
✣ Orientation sexuelle : hétéro
✣ Banque : 364

Ven 2 Nov - 14:36
Je ne sais pas ce qui est arrivé après cette nuit d’orage chez Zelda. Je ne sais pas ce que je lui ai fait pour que je ne l’ai jamais revu ensuite. Pourtant, je ne l’ai pas touché, ni violée sexuellement et on ne s’est pas revu après que j’ai quitté sa maison le lendemain matin. Les semaines ont passés et même à la soupe, alors que j’y vais toujours à la même heure, je ne l’y ai pas vu. Parfois, je ne la voyais que 3 ou 4 fois semaines servir la soupe, et depuis des semaines, pas une seule fois. Elle me fuyait, je le sentais. Elle a dû me faire sortir de sa tête et de son esprit… je lui en voulais, de ne même pas être juste venu, me dire qu’elle était bien vivante et que j’étais toujours dans ses pensées, ne serait-ce l’espace de 10 secondes, aux heures où je venais à la soupe. Si vraiment, elle pensait encore à moi, c’est ce qu’elle aurait fait pour pas que je m’inquiète. Après tout, de toute façon, je ne suis qu’un SDF qui ne mérite pas de vivre dans cette société, qui ne sert à rien dans ce monde, pourquoi j’aurais le droit de m’inquiéter et pourquoi elle aurait besoin de m’avertir de ne pas m'inquiéter? Non, je ne devais pas être quelqu’un d’important à ses yeux, sauf si elle a changé d’avis et qu’elle me trouve trop bas dans sa classe social. Mais bon, je n’ai pas le droit à des réponses. J’avais fini par redevenir l’itinérant que j’étais avant de l’avoir vu à la soupe il y a 5 ans. Commençant à l'oublier pour ne pas dépérir et croire qu’elle a jouer de moi comme les gens aiment bien le faire avec ceux de mon espèce. C’était bien trop beau pour que cette amitié soit réelle. Je marche près des canaux, pour passer le temps, le temps est très long quand on est personne. On attend la mort, alors qu’on a rien d’autre à faire. J’aperçois une silhouette familière, plus j’avance et plus je la reconnais. Zelda… Je soupire, à peine que je l’oubliais, elle refaisait surface. Je passe donc derrière elle, espérant qu’elle ne me voit pas, passant mon chemin pour retourner dans ma boite, dans mon quartier.
Voir le profil de l'utilisateur
Zelda R. Figueres
avatar
✣ Date d'inscription : 13/09/2018
✣ Lettre d'amour : 45
✣ Emploi : peintre
✣ Date de naissance : 22/09/1993
✣ Age : 25
✣ Orientation sexuelle : hétérosexuelle
✣ Banque : 399

Sam 3 Nov - 19:07
Zelda était en train de penser à Aron, elle ne l’avait pas vu durant ces dernières semaines à la soupe. Elle arrivait plus tard, elle cherchait Aron, mais elle ne le voyait, pas elle était déçue, triste, anéantie. Elle aurait cru, qu’il serait venu chez elle, car elle ne savait pas où il dormait. Elle n’avait pas tellement dormi depuis qu’il n’était près d’elle. Zelda était en train de dessiner, ses dessins n’avait pas de couleur. On dirait que le ciel était vraiment sombre alors que le ciel était mitigé. Elle passa une main dans ses cheveux. Elle avait envie de pleurer, elle était tellement malheureuse, ma dernière fois qu’elle était disponible pour distribuer la soupe. Elle avait été mise dans la cuisine pour préparer les repas et faire la vaisselle.

Elle était concentrée quand elle sentit une présence derrière elle. Elle se retourna et aperçut Aron. Son cœur se mit à battre un peu plus fort comme à chaque fois qu’elle le voyait. Il commença à s’éloigner d’elle et lui dit : « Aron … Aron regardes-moi … ». Elle se mit à courir vers lui, elle avait tellement envie qu’il soit près d’elle.

Voir le profil de l'utilisateur http://sansfrontiere.forumactif.com/t189-zelda-rose-figueres-la-
Aron Henderson
avatar
✣ Date d'inscription : 13/09/2018
✣ Lettre d'amour : 35
✣ Emploi : aucun
✣ Date de naissance : 25/12/1982
✣ Age : 35
✣ Orientation sexuelle : hétéro
✣ Banque : 364

Mar 6 Nov - 14:41

Elle m’avait vu...Et elle voyait aussi que je continuais mon chemin sans m’arrêter, alors qu’elle savait sans doute que je l’avais vu elle aussi. Je ne suis pas aller chez elle, parce que j’ai cru qu’elle regrettait notre rencontre, alors que je ne la voyais plus à la soupe, c’était la première fois en 5 ans, ça aurait été une drôle de coïncidence, comme avant, ça n’arrivait jamais, de ne pas la voir une seule fois. Je m’arrête donc quand elle m’appelle, je baisse le regard. Mais elle voulait que je la regarde et elle se mit à courir vers moi, je me recule et je finis par plonger mon regard dans le sien. Tu me fuis… C’était comme ça que j’avais vu sa longue absence, sans jamais qu’elle me dise rien, après tout, je n’avais pas de logis, ni de téléphone pour me rejoindre. J’étais un dénis de la ville, je n’existais pas aux yeux des gens. Je croyais que… tu m’aimais… c’est mon côté sans abris qui te fais fuir? Je suis désolé… j’ai pas demandé à être ce que je suis. Une larme se laisse allé sur ma joue, alors que je m’étais dit que enfin, quelqu’un me voit, veut de moi et puis pouf, qu’une seule fois, j’ai eu le droit à ce bonheur, qu’une seule journée et disparition totale de sa part. Je suis sans doute qu’on objet de ses désirs, qu’elle laisse de côté quand elle en a pas de besoin.

Voir le profil de l'utilisateur
Zelda R. Figueres
avatar
✣ Date d'inscription : 13/09/2018
✣ Lettre d'amour : 45
✣ Emploi : peintre
✣ Date de naissance : 22/09/1993
✣ Age : 25
✣ Orientation sexuelle : hétérosexuelle
✣ Banque : 399

Mar 6 Nov - 20:11
Zelda regardait Aron, elle était malheureuse cela se voyait dans son regard. Elle ne savait pas où il habitait et il n’avait pas de téléphone. Elle se demandait comment elle aurait fait pour le joindre. Elle était mal à l’aise, car elle aussi l’avait cherché depuis des semaines. Elle avait été obligée à la faculté, sinon elle allait perdre sa bourse qu’elle avait obtenu grâce à un de ses partiels. Elle était toujours aussi fascinée par son regard bleu profond. Elle lui dit : « Non je ne peux pas te fuir, tu te fais des idées Aron ... ». Elle passa une main sur sa peau, elle sentit à nouveau son cœur et son corps s’enflammer. Elle savait qu’il était fait pour elle. Elle le regarda et lui dit : « Je suis allée à la soupe, mais je m’occupais de faire la cuisine et j’étais à la vaisselle. Et quand j’avais fini, je t’ai cherché, mais tu n’y étais pas. Puis j’avais des obligations à la faculté. J’ai des partiels en ce moment, je ne peux me libérer comme je veux. Je ne sais même pas où tu habites comment je serais venue te voir. Bien sûr que je t’aime pourquoi tu en doutes. Je t’ai demandé de venir à la maison, mais tu n’es pas venu. Moi aussi je peux croire que tu me fuis … ». Elle essuya sa larme et déposa un tendre baiser sur ses lèvres et se mit à son tour de pleurer.
Voir le profil de l'utilisateur http://sansfrontiere.forumactif.com/t189-zelda-rose-figueres-la-
Aron Henderson
avatar
✣ Date d'inscription : 13/09/2018
✣ Lettre d'amour : 35
✣ Emploi : aucun
✣ Date de naissance : 25/12/1982
✣ Age : 35
✣ Orientation sexuelle : hétéro
✣ Banque : 364

Jeu 8 Nov - 3:35

C’est vrai qu’elle n’avait jamais su ou ma boîte crèchait dans la rue. On s’est toujours vu à la soupe et là, en 5 ans et après qu’on se soit enfin parlé, elle a disparu pendant des semaines, si ce n’est pas juste une coïncidence c’est quoi? Elle avait été si occupé comme elle le disait. À la soupe, j’avais toujours fait ça, manger et partir ensuite, même si j’étais resté 15 minutes de plus au cas où elle passerait, mais jamais rien. Mais maintenant, je connaissais les raisons. Je frémis quand elle essuya ma larme, je ferme les yeux dans elle déposa un baisé sur mes lèvres. Je ne m’étais pas lavé depuis des semaines. elle était courageuse de me toucher comme ça et de sentir la mauvaise odeur que je portais. Ça me gêne encore d’aller chez toi… j’ai peur de briser ou salir quelque chose...Pourtant je suis à la soupe tous les jours. Et puis… il serait plus logique que toi tu me fuis, que moi je peux te fuir. Mais je ne te fuis pas, loin de là… c’est toi qui est occupé, moi j’attends que le temps passe. Tu as une vie toi et je le comprends. Je ne vais pas t’empêcher de vivre tes priorités. J’attendrai sagement que tu sois libre pour moi. Je souris doucement, embrassant à mon tour ses lèvres d’un doux baiser. Je te donnerai l’emplacement ou je dors dans la rue. J’ai été heureux de te revoir, je vais te laisser continuer ce que tu faisais, je suis en train de te prendre du temps sur ton travail… Je voyais son équipement d’art et je m’approche pour lui prendre un crayon et venir ensuite lui écrire dans la main, la prenant doucement, caressant de mon pouce sa paume, et j’y écris dessus, la rue et près de quelle boutique je dormais. Je repose le crayon à sa place. Tu pourras me trouver là si tu as besoin de me voir. Je dépose un baisé sur son front. Je ne vais pas te déranger plus longtemps, maintenant tu sais où me trouver… Il n’y avait plus aucune raison pour qu’elle ne me cherche plus. Je m’apprête en m’en aller.


Voir le profil de l'utilisateur
Zelda R. Figueres
avatar
✣ Date d'inscription : 13/09/2018
✣ Lettre d'amour : 45
✣ Emploi : peintre
✣ Date de naissance : 22/09/1993
✣ Age : 25
✣ Orientation sexuelle : hétérosexuelle
✣ Banque : 399

Dim 11 Nov - 15:40
 Zelda regardait Aron, elle était tellement contente de le revoir depuis des semaines, elle n’avait pas pu le voir encore moins le toucher. Et encore moins de sa condition sociale, elle passa une main dans ses cheveux et l’embrassait encore. Elle le regarda et l’écouta : « Si je t’ai amené chez moi cela ne me dérange pas que tu viennes à la maison … Il y a eu de choses à casser à la maison, j’ai juste énormément de dessins de toi … Et aussi des choses qui sont pour l’école, mais tu ne me déranges pas du tout Aron … Je crois qu’on en a déjà parler tous les deux … Viens restes avec moi s’il te plaît, je ne veux plus passer une journée loin de toi … ». Elle se mit à frissonner quand il déposa un tendre baiser sur ses lèvres qui brûlaient de passion pour cet homme. Elle n’avait pas envie de le perdre, car elle savait qu’il était fait pour elle. Elle passa une main dans ses cheveux et lui dit : « Non restes avec moi s’il te plait Aron … Comme ça tu pourras voir comment je travaille et quand j’aurais terminé on pourra manger ensemble et on ira à la maison si tu veux te doucher ... ». Il avait pris un crayon pour lui donner où le trouver, mais elle n’avait pas envie de le laisser partir. Elle versa une larme quand il embrassa son front, elle avait juste envie qu’il reste avec elle. Quand il s’apprêta à partir, elle tira sur la manche du manteau et se colla à lui et l’embrassa encore avec amour. Elle voulait qu’il reste près d’elle, comme elle lui avait demandé plusieurs fois.
Voir le profil de l'utilisateur http://sansfrontiere.forumactif.com/t189-zelda-rose-figueres-la-
Aron Henderson
avatar
✣ Date d'inscription : 13/09/2018
✣ Lettre d'amour : 35
✣ Emploi : aucun
✣ Date de naissance : 25/12/1982
✣ Age : 35
✣ Orientation sexuelle : hétéro
✣ Banque : 364

Mar 13 Nov - 13:58

Je la regarde un moment, avant de la serrer dans mes bras, elle voulait vraiment pas que je parte. Ce sera un dur et long parcourt d’adaptation dans ma vie, si j’accepte de ne pas la laisser. Je n’ai jamais été avec quelqu’un, on ne m’a jamais aimé. Même ma propre mère m’avait abandonné. Je la sers fort contre moi et je pose mon menton sur sa tête. J’aimerais mieux me laver avant d’aller manger… Je la lâche pour la regarder et je lui souris en coin. Je vais resté avec toi, si vraiment je suis… celui que tu veux. Pourtant je ne suis rien dans ce monde, je ne pourrai pas t’aider avec l’argent, j’en ai jamais possédé et encore moins manipulé. Je rougis de honte et je baisse le regard. Je suis peut-être intelligent…. Je dis ça, pour ne pas me venté, mais… j’ai un potentiel intellectuel que je ne peux utiliser, mais… j’aurais pu être quelqu’un d’important si ma mère ne m’avait jamais abandonné où si, j’avais été adopté. J’aurais pu être un grand médecin, parce que, par moi-même, j’avais étudié la médecine. Je pouvais me soigner tout seul, même si je ne suis jamais tombé malade à ce jour.


Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Curieuses retrouvailles au bord de l'eau~
» Des retrouvailles tragiques...
» zelda picross
» Un certain bord de mer...
» Retrouvailles percutantes...[London]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Amsterdam, the capital :: Le Grachtengordel, Les canaux :: Balade sur l'eau-
Sauter vers: