Revenir en haut
Aller en bas



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionDiscord

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet Partagez
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Voir le profil de l'utilisateur
Ciela E. Burton
✣ Date d'inscription : 13/08/2018
✣ Lettre d'amour : 319
✣ Emploi/Études : Étudiante en psychologie
✣ Age : 24
✣ Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
✣ Banque : 4578

SUIS-JE DE LA BONNE COMPAGNIE?  {ft. Seppe} - Page 3 Empty
Message SUIS-JE DE LA BONNE COMPAGNIE? {ft. Seppe} ♦ écrit Dim 30 Juin - 18:25


« Ciela & Seppe »
Seppe est quelqu'un qui est difficile à percer. Cela devrait empêcher Ciela de vouloir se rapprocher de lui, mais bien au contraire, elle veut encore plus s'approcher de lui. Mais la jeune femme ne sait pas comment. La peur de le faire fuir la fait presque flipper. Ouais, Ciela peut aussi paniquer. Et ce n'est pas vraiment drôle à regarder quand ça arrive. Pendant que Seppe descend vérifier le courrier, Ciela réfléchit un instant à ce qu'elle peut faire. La jeune femme éprouve un besoin de se rapprocher de lui, mais elle a aussi peur de sa réaction. Rarement, la blonde n'a été aussi peu sûre de ce qu'elle devait faire qu'en ce moment. Devrait-elle lui dire qu'il la perturbe ? Heureusement qu'il parle du film en ce moment et la ramène dans le présent. « Le début est un peu pareil à ce qui se fait dans le genre. J'attends la suite pour voir si ça tient la route et amène une histoire concrète qui s'est déjà bien établie c'est sûr. » Ciela l'écoute attentivement. Sans le vouloir, elle lit entre les lignes. Il parle vraiment du film ? Une question que la blonde se pose immédiatement. Un soupir retentit d'elle. Un soupir de désespoir ? Non, pas vraiment. « Ce genre de films ne possèdent pas vraiment de concept. Au moins, j'ai le sentiment. Si tu cherches le fil rouge, tu dois chercher longtemps. » C'est un peu comme dans le monde réel. La jeune femme cherche à savoir si le fil rouge existe aussi entre les deux, mais elle a parfois le sentiment que c'est du temps perdu. Parfois, elle se sent aussi indésirable. « Tu pourrais rester un mois ici que cela ne me dérangerait pas » Le visage de la blonde se montre immédiatement une expression de joie. Mais que veut-il dire ? Est-il en train de dire qu'il l'aiderait si elle était dans une embrouille ou qu'il aimerait l'avoir près de lui ? « Dans ce cas, aurais-tu de la place pour moi ? » Qu'est-ce qu'elle essaie de lui demander exactement ? Ciela n'en est pas sûre elle-même. Leur conversation continue, quelque chose qu'elle aime. Le silence ne serait pas bon. « Pour une fois que tu ne viens pas en qualité d'étudiante. Je devrais limite m'excuser de ne jamais t'avoir invitée » Il lui semblait étrange qu'il ne l'ait jamais invitée. Ce qui a même fait croire à la jeune femme qu'il ne la supportait pas. « Pour être honnête, j'ai longtemps cru que tu ne me supportais pas. » Ciela décide de dire après tout. C'est ce qu'elle a ressenti, même qu'il essaie de s'expliquer. « Avec le groupe, on ne fait pas beaucoup de choses ici. On est plus souvent chez les autres qui ont un truc plus grand ou une piscine avec jardin chez leurs parents. Du coup, à l'exception d'une ou deux occasions, on ne se réunit pas souvent chez moi. Tu vois l'espace, deux trois personnes ça tient .. Quatre max. Mais plus, ça devient un Twister » Elle l'écoute attentivement. Les gens avec qui il est d'habitude semblent venir d'une maison riche. Ce qui n'est pas le cas de la famille de Ciela. Sa famille n'a pas de piscine et une maison normale. Qu'ils risquassent de se retrouver si près l'un de l'autre n'aurait pas dérangé Ciela, mais elle ne le dira pas à voix haute. Il y a des choses qu'il faudra mieux garder pour soi. « Alors ça n'aurait pas été idéal d'inviter quelqu'un d'autre. Même si je n'avais pas pris beaucoup de place. » Non, Ciela ne veut pas qu'il se sente mal. Ce qu'elle veut, c'est savoir ce que tout cela signifie. Pendant un moment, la jeune femme réfléchit et s'approche un peu de lui. Elle grignote nerveusement sa lèvre inférieure. Ciela ne fait pas partie de ces personnes qui aiment faire le premier pas. Lentement, elle inspire et expire. Son regard va de la télévision à Seppe. À ce moment-là, elle a l'impression que son cœur s'arrêtera un moment. Lentement, la jeune femme s'approche encore plus de lui et peut presque le toucher. Ce n'est qu'avec difficulté que la jeune femme peut se retenir. Son regard glisse à nouveau vers la télévision. Elle essaie de réprimer ses pulsions. « Seppe… » Elle chuchote soudainement. « Je suis désolé, mais je suis impuissante. » Elle dit et tourne la tête dans sa direction et s'approche encore plus du jeune homme. « J'essaie de réprimer ce sentiment depuis trop longtemps. » La blonde s'explique avant de s'approcher lentement du visage de Seppe. Elle n'est qu'à quelques centimètres de ses lèvres. Les lèvres qu'elle a déjà touchées. Une touche qui a tout changé. Deux centimètres et le toucher est là. Va-t-elle tout détruire ? Elle est prête à prendre le risque. Encore un centimètre. Il n'y a plus de retour en arrière. Lentement, elle met ses lèvres sur les lèvres de Seppe et a le sentiment que son cœur va exploser. Avec ce baiser, elle veut lui exprimer ce qu'elle ressent.

(c) Miss Pie


@Seppe Rooijakkers

_________________

Let me help you!
© Miss.Pie
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Seppe Rooijakkers
✣ Date d'inscription : 05/08/2018
✣ Lettre d'amour : 223
✣ Emploi/Études : 5e année en sciences socio-culturelles + Joueur de hockey sur gazon au HC Athena en ligue régionale
✣ Age : 24
✣ Orientation sexuelle : Cielamoreux
✣ Banque : 1878

SUIS-JE DE LA BONNE COMPAGNIE?  {ft. Seppe} - Page 3 Empty
Message SUIS-JE DE LA BONNE COMPAGNIE? {ft. Seppe} ♦ écrit Dim 14 Juil - 9:51


suis-je de la bonne compagnie?
ciela & seppe
Le blâme par la pensée de Ciela me fait toussoter entre rire et nervosité, parvenant à me faire décrocher de l'écran pour lui lancer un regard de défi d'oser reformuler ce genre d'hypothèse foireuse. Cette tête blonde doit être ce que je pourrais supporter le plus longtemps sans jamais m'en plaindre. Prévenante, douce, attentive, motivée à ses heures, mignonne... Oui, mignonne pour résumer plus facilement ce que je supporte beaucoup plus difficilement entre nous. Sa beauté. Si elle incarne un certain charme en apparence, à l'intérieur cette fille est un bijou que j'ai rendu précieux à mes sens et que je crains tous les jours de voir partir. Elle a raison quand elle continue de parler : l'idéal depuis deux ans, c'est avec elle que je le vis à chaque fois alors que nous ne sommes en réalité que des amis qui veulent autre chose mais qui ne se le consentent pas. C'est d'une clarté et je préfère ne rien y voir, ne rien envisager parce que je sais que tôt ou tard elle aura fini ses études dans ce pays qui n'est pas le sien. Je doute que j'entends ses propos de la même manière qu'elle ne les insinue, sûrement qu'elle parle de la place qu'elle prend sur une chaise en auditorium, en classe, rapportée à l'encombrement qu'elle prendrait si j'invitais un petit groupe de camarades chez moi... Mon esprit interprète tout différemment : la place que Ciela prend dans ma vie aussi peu de moments que nous passons pourtant ensemble ; la place qu'elle occupe dans ma tête, dans mes rêves où elle apparaît parfois. J'ignore la signification exacte de se présence dans mes songes, mais j'ai peur de ce que je ressens pour elle depuis que j'ai osé croire à nouveau que je pouvais éventuellement faire le bonheur de quelqu'un qui me donnait déjà cette joie de vivre des instants à ses côtés. Sauf que plus on prend de la place, plus on laisse un vide quand on s'en va. Et la vie c'est purement cela : des personnes qui arrivent et des personnes qui partant, à tel et tel moment, y restant brièvement ou longtemps. Et avec Ciela, que ce soit bref ou moins bref, je supporterai quoi qu'il arrive mal le jour où cela arrivera. J'anticipe sûrement trop, et je sais que je me prive ainsi de beaucoup de choses à côté desquelles je passe pour le regretter plus tard. Mais faire évoluer ce flirt, ce béguin, en une relation amoureuse plus actée, cela m'effraie énormément depuis le dernier échec qui date désormais de quatre-cinq ans et qui s'est soldé par une rupture à cause des chemins de séparation que je revois à l'identique avec Lorédana que ce qui nous menace avec Ciela : s'envoler vers des ailleurs différents à la fin de nos études.

Ne serions nous toutefois pas déjà quelque part 'ensemble' ? L'idée se forme alors que le bout des doigts de Ciela se posent sur les miens et que ses genoux évitent de justesse de cogner mes jambes sans que je ne m'en rende compte. Si le contact s'est vite interrompu, la main revient se poser plus pleine sur le revers de mes phalanges et dans le murmure d'une future psychologue qui prononce mon prénom avec autant de détachement que de rapprochement, je deviens rêveur d'une scène qui, bien trop loin, pourrait devenir cauchemar. Mais en quelque sorte, j'angoisse moins quand on me prend par la main. Je ne voudrais pas refuser ce que je devine survenir si je venais à pivoter ne serait que d'un quart de tour mon visage vers Ciela, mais je sais que ma crainte refera rapidement surface et sera presque aussi redoutable que ce mégalodon qui resurgit des eaux profondes et qui est probablement la dernière chose que je verrai de ce film aujourd'hui. Une histoire de sentiments à l'évidence, comme il y a six mois et comme il y a un an même si la toute première fois n'était pas aussi claire que cela, et l'avant-Noël chez elle non plus puisque nous avions été ramené à la raison par la venue surprise de sa famille et de la petite Esmeralda. Le nouvel épisode de notre première saison s'ouvre pareil que nos bouches quand j'offre mes lèvres aux siennes, les yeux déjà fermés pour laisser profiter mon coeur qui attendait ce moment après une longue période durant laquelle je l'ai privé d'y croire encore. Aucune résistance opposée, c'est bon de retrouver ce genre de moment en compagnie de Ciela après cette nouvelle pause maladroite de ma part. J'avais pourtant eu du courage une fois, mais à croire que je n'étais pas taillé pour prouver à nouveau que j'étais capable de surmonter la peur de l'échec. Pas celle du repêchage qui était déjà rangé pour plus tard, mais celle de devoir assumer avoir succombé pour une fille qui ne restera peut-être pas.

Ciela a déjà pris un ascendant, son nez respirant contre le mien au cours de ce double baiser qui ne se prolonge malheureusement pas éternellement. Mon index et mon majeur sous ses doigts se sont alors mis en marche pour les enlacer ce qui a eu pour effet de les amadouer à me libérer la main, et conséquence supplémentaire de détacher le visage de Ciela qui sonda le mien. La blonde tente de lire en moi et j'essaie de voir en elle ce qu'elle tente de lire en moi. C'est magnifique, même si être sublimé devant une image sans comprendre l'entièreté du texte explicatif ne fait pas tout. Je ne veux rien de plus, sauf peut-être par rapport à notre situation devenue bien plus qu'amicale depuis une année entière, une demi-année, ou une poignée de secondes. Au choix. « Que dirais-tu de recommencer ça plus souvent que tous les six mois, et d'officialiser un peu ce que nous sommes ? Parce que je suis fier de ce que tu es devenue pour moi, et certaines personnes dont toi la première m'ont fait prendre conscience que je dois cesser de me poser des barrières alors que je veux faire ce bout de chemin avec toi... » Je ne réussis pas à soutenir le regard dans le sien, parce que j'abrège avant d'en arriver à mes doutes sur ce à quoi ressemblera notre futur ni si notre relation tiendra de beaux longs mois voire années. Je ne souhaite pas plomber notre moment et la laisse glisser à son aise plus près encore pour m'enjamber afin de venir s'asseoir sur moi et effectivement me cacher ce film qui m'indiffère quant à l'issue de ses survivants. Moi je revis grâce à Ciela que je ne lâcherai plus. Ecartant une mèche qui a balayé son front à lui en chatouiller le sourcil, je viens caresser son visage de part et d'autre avant de couvrir sa nuque de mes deux paumes. Nos regards ne se défont plus depuis que nous avons cessé de nous embrasser.  Un bail déjà. Je profite d'un demi-seconde de réflexion chez Ciela pour baisser lentement son visage tout en étirant le haut de mon corps pour reprendre l'initiative au lieu de toujours devoir compter sur celle que j'accepte et sollicite au titre de petite amie. Mâchoires légères, inclinaison parfaite, narines superposées, nos bouches se retrouvent pour ne plus se délier et laisser libre cours à nos langues d'imiter l'enlacement de nos bras autour de nos cous. Pendant un instant mes lèvres viennent gentiment happer sa langue qui est vengée l'instant suivant par la tendre morsure de ses dents contre la chair de ma bouche. Tout ce que je me suis si longtemps refusé. Tout ce qui me rend encore plus amoureux que de raison. Tout ce que j'aime. Avec celle que j'aime. L'idéal. Avec la perfection. (<3)
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne



@Ciela E. Burton
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Ciela E. Burton
✣ Date d'inscription : 13/08/2018
✣ Lettre d'amour : 319
✣ Emploi/Études : Étudiante en psychologie
✣ Age : 24
✣ Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
✣ Banque : 4578

SUIS-JE DE LA BONNE COMPAGNIE?  {ft. Seppe} - Page 3 Empty
Message SUIS-JE DE LA BONNE COMPAGNIE? {ft. Seppe} ♦ écrit Dim 21 Juil - 20:56


« Ciela & Seppe »
Ciela se souvient encore vaguement de leur première rencontre. C'était dans une salle de classe, lors d’une lecture. Au début, elle ne l'avait remarqué que parce que la jeune femme ne l'avait jamais rencontré auparavant. Mais il n'y avait pas encore de sentiments en jeu. Puis vint l'anniversaire de Seppe et le baiser qui a tout changé. Au moins chez Ciela. Depuis ce jour, il a rarement quitté son esprit. Quelque chose qui perturbait parfois la jeune femme. La peur que les chemins des deux se séparent à nouveau lui fait peur. Mais pour la personne qu'elle aime, elle serait même prête à rester à Amsterdam. Mais la blonde ne sait pas du tout s'il le voudrait. La seule chose dont la jeune femme est sûre, c'est qu'à chaque fois qu'ils se touchent, son cœur s'arrête pour une seconde. Sentir ses lèvres sur les siennes, la blonde l'aimerait plus souvent. La jeune femme ferait n'importe quoi pour savoir ce qu'il pense. A-t-elle fait une erreur ? Veut-il qu'elle disparaisse à nouveau ? La peur doit se refléter sur son visage. Dès que Seppe commence à parler, Ciela l'écoute attentivement. Les yeux de la jeune femme sont fixés sur ses lèvres. « Que dirais-tu de recommencer ça plus souvent que tous les six mois, et d'officialiser un peu ce que nous sommes ? Parce que je suis fier de ce que tu es devenue pour moi, et certaines personnes dont toi la première m'ont fait prendre conscience que je dois cesser de me poser des barrières alors que je veux faire ce bout de chemin avec toi... » Officialiser ce qu'ils sont ? Ciela aimerait savoir ce qu'ils sont, elle est totalement perdue. Est-ce qu'il vient de lui faire une déclaration d'amour ? Est-elle aussi importante pour lui qu'il l'est pour elle ? « Et qu'est-ce qu'on est ? » Demande Ciela en chuchotant. La blonde se demande s'il veut être avec elle autant qu'elle veut être avec lui. Quand la jeune femme se retrouve sur ses genoux, Ciela devient un peu nerveuse. La jeune femme n'a à ce moment qu'un seul souhait, sentir ses lèvres sur les siennes. Sa respiration s'accélère à chaque fois qu'il la touche. Est-elle sa petite amie ? Est-il son petit ami ? Au moment où leurs lèvres se retrouvent, Ciela ressent du pur bonheur. La danse de leurs langues est quelque chose que Ciela attend depuis longtemps. Non, la blonde ne le laissera plus disparaitre de sa vie. Seppe ignore à quel point il est important pour elle. Quand les deux peuvent se détacher l'un de l'autre pour un moment, Ciela profite de l'instant pour lui confesser ce qu'elle ressent. « Tu me rends dingue. Est-ce que tu le sais ? Depuis notre premier baiser, je n'arrête pas de penser à toi. Même si ce n'était pas prévu et que ça ne voulait peut-être rien dire à l'époque. Je ne suis pas venue à Amsterdam pour tomber amoureuse, mais tu as trouvé ton chemin dans mon cœur, même si tu ne l'avais peut-être pas prévu ainsi. » Lentement, elle place sa main sur son torse, exactement là où se trouve son cœur. « Dis-moi, ton cœur se met-il aussi à battre plus vite quand on se touche ? » Demande Ciela. Son autre main caresse sa joue, puis ses lèvres. « Ces lèvres sont à moi ? » Demande la jeune femme avant qu'elle ne lui donne un petit baiser. « Ces lèvres... » Dit Ciela et se lèche lentement les lèvres. « ...sont définitivement les tiennes. » Dit la jeune femme et le regarde profondément dans ses yeux.

(c) Miss Pie


@Seppe Rooijakkers

_________________

Let me help you!
© Miss.Pie
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Seppe Rooijakkers
✣ Date d'inscription : 05/08/2018
✣ Lettre d'amour : 223
✣ Emploi/Études : 5e année en sciences socio-culturelles + Joueur de hockey sur gazon au HC Athena en ligue régionale
✣ Age : 24
✣ Orientation sexuelle : Cielamoreux
✣ Banque : 1878

SUIS-JE DE LA BONNE COMPAGNIE?  {ft. Seppe} - Page 3 Empty
Message SUIS-JE DE LA BONNE COMPAGNIE? {ft. Seppe} ♦ écrit Sam 27 Juil - 13:16


suis-je de la bonne compagnie?
ciela & seppe
Quand Ciela me demande entre deux baisers ce que nous sommes, je ne sais pas me décider sur l'appellation à choisir. En couple ? Ensemble ? Amoureux ? J'aime beaucoup le troisième, mais je ne suis pas certain que cela suffise à l'esprit de Ciela, parce qu'on peut être amoureux de quelqu'un mais aussi d'une image, d'un souvenir, de quelque chose plus abstrait. A trop réfléchir, je perds mon tour de parole que Ciela réquisitionne au même titre qu'elle s'est déjà permis de s'approprier beaucoup de choses chez moi : mon canapé, une place de prédilection, mon ordinateur, mes mains, mes doigts, ma bouche, mes lèvres... Et mon coeur qu'elle remet en route alors que je l'avais faiblement laissé sur sa puissance la plus basse. Son coeur à elle, je peux désormais le ressentir. Cela me fait bizarre de trouver une correspondance au rythme du mien. Nous étions accordés sur tant de choses : les études dans le domaine du social, notre fréquence cardiaque en la compagnie de l'autre, notre amour réciproque. Des mois durant. Même plus d'un an désormais à se voir si peu de fois comparativement à notre envie de passer le moindre moment ensemble sans véritablement se l'avouer. Toute l'incertitude tombe, toute l'évidence s'affiche. Elle est devenue ma nouvelle petite amie, ce qui n'arrive pas sans les craintes qui en découlent. Je le sais depuis que j'ai quitté la Belgique, mais être heureux est l'une des choses qui m'effraie le plus. Ciela me rend beaucoup trop heureux pour que je sois à l'aise dans mes sentiments avec elle. Beaucoup trop pour que je cache l'éclat qui s'humidifie au coin de mes yeux. Je pensais que fondre à ce point était derrière moi. Par chance, je parviens encore à contenir les larmes de joie remplie d'un mélange de doute à la perdre un jour et de tristesse d'avoir laissé passer plus d'une année entière à rester sur la défensive sans prendre d'initiative quant à notre relation qui pouvait effectivement tourner vers une forme plus sentimentale que de la simple amitié. Je me penche vers sa tête pour poser mon front doucement contre le sien. « On est de l'Amour. Celui qui est resté malgré l'attente, malgré les hésitations. Je suis désolé de t'aimer de cette manière prudente, j'avais mes raisons. Mais désormais je n'ai plus vraiment de raison de te cacher ce que mes amis ont toujours trouvé flagrant depuis qu'ils nous ont vu pour la première fois. J'ai envie que nous deux ensemble on fasse les choses bien .. et surtout que j'arrête de nous laisser un temps impensable entre chacun de nos moments rien qu'à deux. Je voudrais que demain je t'embrasse encore, et après-demain aussi. Je voudrais que tout le monde sur le campus universitaire voit le bonheur que c'est d'être avec toi. Je veux ta main dans la mienne. Je veux tes yeux qui parlent à mon coeur, et tes paroles qui le rendent fou. C'est flippant mais je crois que c'est tout ce que je veux avec toi. Je sais pas toi, mais moi ... » Je bloque sur les derniers mots parce que les dire est vraiment porteur de sens. Ciela n'est pas la première personne à qui je suis sur le point de le dire, et c'est d'autant plus dur d"y arriver lorsque je repense à comment s'est terminé mon histoire précédente au tout début de mes études supérieures.

Je pose mon doigt à la verticale des lèvres de Ciela, parce que je déraille à l'intérieur. Ma cage thoracique va imploser parce que trop petite pour ce coeur qui se met à retrouver le goût de battre. J'incline la tête à ses questions. Elle peut prendre ce qu'elle veut chez moi ; c'est à elle. Nos narines se caressent le temps que nous ressoudons nos lèvres un bref instant, perdant le contact des yeux pour y plonger. « Je veux vivre plus que ces quelques moments avec toi. » Un nouveau baiser furtif. « Quand je serai diplômé, si tu veux retourner en Angleterre, je te suivrai. Je maîtrise ta langue. » Double sens prémonitoire. Autre baiser plus léger à peine plus long. « Je suis trop bien avec toi, je ne sais même pas si tu as idée à quel point. » Un baiser coupable suivi d'un effroi de repenser au bonheur de Ciela que je ne suis pas sûr d'être en mesure d'entretenir. « Si tu m'acceptes autant dans ta vie, je suis preneur. Je veux tout affronter avec toi, je veux partager .. tant de choses. Qu'on soit vraiment ensemble, qu'on se construise notre truc à nous, notre projet de couple. Ciela... » Je marque une pause tellement je me crispe dans ma tête et que notre discussion m'arrache les tripes. Avouer a toujours été pour moi un défi de taille. Puis je me lance dans une question rhétorique au moment où nos regards se retrouvent et que mes mains enveloppent son magnifique visage blond. « Veux tu sortir avec moi aussi souvent et aussi longtemps que tu arriveras à me supporter ? » Je connais le risque que je fais courir à mon coeur dont j'ignore la capacité à surmonter un éventuel nouvel échec à terme. Mais avec Ciela, encore une fois, j'en suis à cet instant précis où se lancer est l'unique option afin d'éviter les regrets plus tard. Tant pis si je devais la perdre un jour ; le présent me donne de l'espoir que je ne peux pas laisser s'envoler sans avoir au moins pris la peine d'essayer.
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne


@Ciela E. Burton
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Ciela E. Burton
✣ Date d'inscription : 13/08/2018
✣ Lettre d'amour : 319
✣ Emploi/Études : Étudiante en psychologie
✣ Age : 24
✣ Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
✣ Banque : 4578

SUIS-JE DE LA BONNE COMPAGNIE?  {ft. Seppe} - Page 3 Empty
Message SUIS-JE DE LA BONNE COMPAGNIE? {ft. Seppe} ♦ écrit Ven 2 Aoû - 1:28


« Ciela & Seppe »
Ciela n'est pas une de ces personnes qui te laisse entrer dans son coeur rapidement. Mais une fois que tu l'as fait, tu ne sors pas de là aussi vite. Seppe s'est glissée dans son cœur sans s'en rendre compte. Même si la jeune femme refuse de l'admettre à voix haute, la blonde pense à lui presque à chaque instant. Est-ce que c'est mauvais ? Non ! Ciela remarque que des larmes apparaissent dans les coins de ses yeux, mais il les réprime. Ciela tombe encore plus amoureuse de lui, si c'est possible. Alors que le front de Seppe repose contre le sien, la blonde se mordille brièvement sa lèvre inférieure. « On est de l'Amour. Celui qui est resté malgré l'attente, malgré les hésitations. Je suis désolé de t'aimer de cette manière prudente, j'avais mes raisons. Mais désormais je n'ai plus vraiment de raison de te cacher ce que mes amis ont toujours trouvé flagrant depuis qu'ils nous ont vu pour la première fois. J'ai envie que nous deux ensemble on fasse les choses bien .. et surtout que j'arrête de nous laisser un temps impensable entre chacun de nos moments rien qu'à deux. Je voudrais que demain je t'embrasse encore, et après-demain aussi. Je voudrais que tout le monde sur le campus universitaire voit le bonheur que c'est d'être avec toi. Je veux ta main dans la mienne. Je veux tes yeux qui parlent à mon coeur, et tes paroles qui le rendent fou. C'est flippant mais je crois que c'est tout ce que je veux avec toi. Je sais pas toi, mais moi ... » Ciela s'en est rendu compte. La jeune femme remarqua qu'il se retenait. Un sourire apparaît immédiatement sur ses lèvres quand elle apprend qu'il tient à elle. La jeune femme ressent exactement la même chose pour le jeune homme que lui il ressent pour elle. Ciela se souvient encore très bien comment ses amis avaient déjà réagi le jour de son anniversaire. Ils ont déjà remarqué quelque chose lors de son anniversaire, que Seppe et elle, ne se sont pas admis jusqu'à aujourd'hui. Seppe n'a pas besoin de le dire, elle sait ce qu'il ressent. Trop de temps s'est déjà écoulé. « Entendre ces mots.... » Dit la blonde et fait une pause pour trouver les mots justes. « Je ne sais pas si tu as remarqué, mais je ressens la même chose pour toi. Chaque jour, sans toi, me fait souffrir. » La jeune femme voulait être si proche de lui depuis si longtemps. « Je ne suis pas une de ces personnes, qui sait bien s’exprimer. » Dit la blonde avant que Seppe ne pose son doigt sur ses lèvres. Chaque fois que leurs lèvres se touchent, Ciela ne veut pas qu'ils se séparent. La peur que ce soit le dernier baiser est toujours présent. La peur qu'il disparaisse de sa vie ne veut pas disparaître. Cette peur disparaîtra que lorsqu'ils formeront enfin un vrai couple. « Je veux vivre plus que ces quelques moments avec toi. » Seppe dit ce que Ciela ressent. Mais elle ne veut pas l'interrompre pour le lui avouer. « Quand je serai diplômé, si tu veux retourner en Angleterre, je te suivrai. Je maîtrise ta langue. » Un autre baiser qui la rend presque folle. Au moment où la jeune femme veut dire quelque chose, il reprend la parole. « Je suis trop bien avec toi, je ne sais même pas si tu as idée à quel point. » Ciela le suivrait n'importe où, la jeune femme en est certaine. « Je ne vais plus te laisser disparaître de ma vie comme ça. » Dit Ciela avant qu'il ne reprend la parole. « Si tu m'acceptes autant dans ta vie, je suis preneur. Je veux tout affronter avec toi, je veux partager .. tant de choses. Qu'on soit vraiment ensemble, qu'on se construise notre truc à nous, notre projet de couple. Ciela... » Le cœur de Ciela s'arrête un moment. Tout ce qu'il lui dit en ce moment lui fait monter les larmes dans les yeux. La jeune femme n'a qu'un seul désir, celui de ne plus être séparée de lui, même pour un temps très court. « Je veux la même chose. » Dit la blonde d'une voix tremblante. « Tu es tout ce que je veux et tout ce dont j'ai besoin. » Ciela se sent aussi proche de Seppe qu'elle ne l'a jamais été de quiconque. « Veux tu sortir avec moi aussi souvent et aussi longtemps que tu arriveras à me supporter ? » Comme si un jour Ciela ne pouvait plus le supporter. La jeune femme est amoureuse et cela ne risque pas de changer. « Je veux passer ma vie avec toi. Cela répond-il à ta question ? » Demande la jeune femme et donne-lui un baiser passionné. La seule chose qu'elle espère, c'est qu'il ne lui fera jamais de mal.

(c) Miss Pie


@Seppe Rooijakkers

_________________

Let me help you!
© Miss.Pie
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Seppe Rooijakkers
✣ Date d'inscription : 05/08/2018
✣ Lettre d'amour : 223
✣ Emploi/Études : 5e année en sciences socio-culturelles + Joueur de hockey sur gazon au HC Athena en ligue régionale
✣ Age : 24
✣ Orientation sexuelle : Cielamoreux
✣ Banque : 1878

SUIS-JE DE LA BONNE COMPAGNIE?  {ft. Seppe} - Page 3 Empty
Message SUIS-JE DE LA BONNE COMPAGNIE? {ft. Seppe} ♦ écrit Dim 4 Aoû - 0:14


suis-je de la bonne compagnie?
ciela & seppe
Mon doigt sur sa bouche ne semble pas avoir très bien fonctionné pour la raisonner dans ses paroles qui font dérouter mon coeur. Alors je ferme les yeux en tentant de prendre chaque syllabe sans m'emporter dans la folie qui me guette. Je secoue légèrement la tête de gauche à droite en regardant quelque part au milieu d'entre nous, dans ce creux où je puise ma bonne réserve de zénitude dans ce genre de moment que je n'arrive pas à appréhender au mieux. « Shhhhhht », je commence à sommer à Ciela en lui avouant que « moi non plus ce n'est pas mon point fort » de traduire les sentiments que j'éprouve pour ce bout de femme soudainement encore plus important que je n'ai osé l'imaginer. Elle non plus ne s'arrête plus de parler, ce que j'aimerais pourtant qu'elle fasse. « Ciela » je l'implore et répète son prénom à chacune de ses tirades. Elle me rend chèvre. Je fonds, je m'enterre un peu plus, je succombe sans plus aucune retenue. Je suis amoureux, je suis en couple. Je suis trop heureux grâce à cette blonde pour garder la tête haute et le regard droit. « Cela répond entièrement à ma question », je lui cède en m'avançant plus loin dans la confession. « Mes doutes sont même effacés. Je te ... », j'hésite dans un premier temps avant de me reprendre, « Je te veux tellement plus que ce que j'ai pu te montrer depuis le début. Je n'arrivais pas à me le permettre ni à te le faire comprendre alors qu'une partie de moi essayais de nous aider. »

Toujours avec un regard perdu entre nos corps, je laisse mes lèvres devenir captives des siennes une dizaine de fois pendant plus d'une minute. Chaque dépôt de sa bouche sur la mienne se savoure avec plus de soulagement, avec moins d'accrochage, sans plus aucune résistance de ma part. La fuite n'est plus possible, nous sommes chez moi. Je suis à des années lumières du garçon craintif, même si je le reste au fond de moi, et cadenasse mon amour dans mes bras autour de sa ravissante silhouette de moineau que j'enlace sans difficulté. J'appuie avec un brin d'intensité plus marquée notre énième embrassade et dérive ma tête le long de la sienne pour venir poser mon menton derrière elle. Dans le mouvement, son crâne fait de même après avoir reçu un de mes baisers dans la continuité de notre croisement. Oubliant beaucoup de choses sur l'instant, j'ai l'impression de profiter de trop et de ne pas mériter ce qui m'arrive. Une larme commence à dessiner sa route au coin de mes paupières qui l'écrase et la détache de mes yeux. Je serre Ciela encore plus fort alors que la preuve mouillée de mon bonheur s'arrache sous ma pommette pour cascader sur sa nuque ou dans le haut de son dos. Je t'aime, je lâche dans la vide si faiblement que je ne m'entends moi-même pas. Une histoire d'amour qui commence en pleurs, de joie, à renifler dans son dos sous couverture qu'elle ne voit pas mes yeux rougis par l'émotion de redevenir ce quelqu'un pour une femme dans sa vie tant que dans la mienne. Une histoire d'amour qui me décrispe à peine, un câlin comme j'avais oublié la sensation de chérir quelqu'un comme ça et d'y tenir à ce point. Du bonheur qui débute enfin, vraiment, avec Ciela. Il faut maintenant assurer pour que notre futur puisse se confirmer ensemble. Tout démarre assis l'un sur l'autre, dans un canapé. Mais il faudra aller de l'avant à deux et nous forger notre nous, nous créer notre identité de couple. Et je ferai tout pour que nous arrivions de la plus belle des manières. J'y mettrai un point d'honneur à ne plus répéter les erreurs du passé, à définitivement tourner la page sur ce qui a été mais n'a pas inclus Ciela dans l'histoire. Parce qu'une anglaise à aujourd'hui plus que jamais le droit de partager ma vie et tout ce que je possède. Ce que je veux et qu'elle veut, nous l'aurons !
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne


@Ciela E. Burton
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

SUIS-JE DE LA BONNE COMPAGNIE?  {ft. Seppe} - Page 3 Empty
Message SUIS-JE DE LA BONNE COMPAGNIE? {ft. Seppe} ♦ écrit
Revenir en haut Aller en bas
SUIS-JE DE LA BONNE COMPAGNIE? {ft. Seppe}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Sujets similaires
-
» Un retour en bonne compagnie [PV: Lucy Heartfilia]
» Liste compagnie grise
» Je suis folle. Et toi?
» Je suis démocrate !
» Lindsay River ♥« Je suis l'unique créatrice de mes Désirs »

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors RPG :: Old Gossip ::  RP-
Poster un nouveau sujetRépondre au sujetSauter vers: